Révision du PLU – Plan Local d’Urbanisme

Révision du PLU – Plan Local d’Urbanisme

reseau-social-entreprise

   

    Réunion publique du 25 septembre 2014

 

 

 

 

Réunion introduite par Francie Mégevand, Maire d’Eybens puis conduite par Pierre Bejjaji adjoint en charge du projet, avec le concours de :

  • un juriste de l’AURG (agence d’urbanisme de la région grenobloise)
  • un chef de projet de Isère Aménagement (assistance à maîtrise d’ouvrage pour la révision du PLU)

La révision du PLU a été engagée par la précédente équipe municipale, la nouvelle équipe a fait le choix de poursuivre sans attendre le passage en Métropole, afin de mettre le PLU en phase avec les choix politiques de son programme. Cela évite également de bloquer des projets avant la sortie du PLUI (intercommunal).

La nouvelle équipe veut disposer d’outils pour un développement urbain maîtrisé, harmonieux et innovant. Son objectif est d’adopter un rythme de production de logements soutenable, de réaliser des opérations à taille humaine dans le diffus, de développer des formes d’habitat alternatives à la villa individuelle, ce qui est de plus en plus complexe dans l’espace urbain.

Un diaporama (un peu dense et rapide pour être complètement didactique…) a présenté :

1 : Le calendrier

Au 1er janvier 2015, les communes ne sont plus compétentes en matière de PLU, c’est la Métro qui le sera. Le conseil municipal, à l’issue de l’ensemble des réunions de consultation, délibérera au mois de décembre.

Prochains rendez-vous :

  • réunion le 1er octobre à 14 h à l’Odyssée (même présentation que ce jour)
  • visite sur le terrain le 4 octobre à 10 h (rdv à la Maison des Associations)
  • réunion le 15 octobre à 20 h à l’Iliade (sur les secteurs à enjeux)
  • 4 novembre, présentation des règles retenues et mise en place de la consultation en mairie

2 : Les contraintes législatives qui s’imposent au PLU

 

  • loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) en 2000 : obligation de 20% de logements sociaux (obligation portée à 25% à l’échéance 2025 par la loi Alur)
  • ENE (engagement national pour l’environnement) de juillet 2010 : préservation des espaces agricoles et naturels, lutte contre l’étalement urbain, préservation de la biodiversité, lien entre desserte en transports en commun et densité
  • SCOT de la région urbaine grenobloise en 2012 : donne la règle du jeu, le SCOT couvre beaucoup plus que la stricte agglomération grenobloise (Eybens se trouve dans le cœur d’agglomération), définition d’un objectif de production de logements (2600 logements nouveaux par an avec pour objectifs de rapprocher emploi et habitat, d’établir un lien entre transport en commun performant et densité de logements)
  • loi Alur (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) mars 2014 : limite de l’étalement urbain, suppression du COS (coefficient d’occupation du sol) qui permet de densifier les constructions ; maintien de surfaces naturelles préservées en ville

 

3 : Le projet politique de l’équipe municipale pour la commune d’Eybens

 

Les communes sont tenues de construire si elles veulent garder le même nombre de population. La nouvelle équipe veut conforter certains points, ne pas tout balayer, observer ce qui a été fait, corriger ce qui doit l’être, maîtriser le développement de la commune/équipements et ne pas se faire imposer le rythme par les promoteurs. Pour Eybens, quelques lignes du projet :

  • mixité locatif et accession notamment sociale
  • maîtrise des entrées de ville (axe J Jaurès)
  • favoriser les petites opérations immobilières
  • innover avec l’aménagement d’espaces partagés
  • inciter les promoteurs à participer à la transition écologique
  • végétaliser au maximum
  • développer un nouveau lieu de centralité autour de l’Odyssée
  • contenir le prix de sortie des logements

 

Face au risque de saturation de la rocade sud, l’équipe municipale souhaiterait une rocade de transport collectif urbain. Ce projet dépend du SMTC et de la METRO.

 

4 : La traduction technique des objectifs

 

Les grandes lignes du PADD printemps 2012 sont confortées sur certains thèmes : ville durable, cohérente, solidaire, nature, active.

  • mixité des formes d’habitat, articulation entre les quartiers
  • densification encadrée : imposer des coupures, des ouvertures sur le paysage, rechercher des solutions pour des espaces verts communs ou privés
  • ville active : conserver les zones d’activité (emplois d’agglo), préserver l’économie commerciale à l’échelle locale

 

Eybens doit produire 320 logements sociaux d’ici 2025 (soit en 11 ans, 20 à 30 par an) uniquement pour le rattrapage des obligations légales. Mais si l’objectif est de permettre le développement de la commune, il faut viser la production de 1420 logements (40 à 45 opérations de 30 logements) : c’est un potentiel dont la ville a besoin.
La prospective sur le nombre d’habitants est complexe : les comportements (notamment des seniors) évoluent, l’objectif à l’horizon 2025 de 12000 ou 13000 d’habitants pour Eybens semble le plus plausible.

 

5 : Quelques illustrations de densité et de formes urbaines

 

Le SCOT impose une densité à 0,7 à proximité des transports (soit 700m2 de planchers construits pour un terrain de 1000 m2). Par exemple, les quartiers des Ruires et des Maisons Neuves sont au-dessus. Ce minimum est imposé le long des lignes de transport performantes actuelles (C4 et C6) et futures (ligne 11).

 

6 : La présentation de la carte des secteurs à enjeux

 

Pour Eybens les secteurs à enjeux d’ici 12 à 15 ans sont les quartiers situés autour de :

  • le collège des saules et Citroën
  • le Val
  • les Javaux (de part et d’autre de l’avenue J Jaurès)
  • l’Odyssée
  • le Bourg

Il faut travailler sur des tènements suffisamment grands : les espaces disponibles étant très minimes, il s’agit bien d’une reconstruction de la ville sur la ville (recomposition et mixité des formes urbaines).

 

Remarque personnelle : Après avoir entendu l’ensemble de ces informations techniques, juridiques, stratégiques, politiques, il serait intéressant que les citoyens que nous sommes puissent évoquer l’espace urbain en termes d’usage. Comment chacun de nous « pratique-t-il » la ville, l’espace public, qu’en attend-il dans l’avenir?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *